Jeux d'eau

This short piano piece was written in November 1901, while Ravel was attending Fauré's class at the Conservatoire; it is dedicated "à mon cher maître Gabriel Fauré". It received its first public performance, by Ricardo Viñes, at the Salle Pleyel in April 1902. Léon-Paul Fargue recalled however that it was the Apaches who were privileged to hear the work for the first time at one of their evening meetings at the house of Paul Sordes: "Ce fut à ce moment que Ravel nous donna la primeur des Jeux d'eau et de la Pavane pour une infante défunte, œuvres pour nous parfaites, distinguées, voire humoristiques, et d'où montait une grâce particulière, immédiatement reconnaissable comme un parfum ou un écho". (Fargue, [1949], p.53).

Its inspiration is the sound of water. "Cette pièce, inspirée du bruit de l'eau et des sons musicaux que font entendre les jets d'eau, les cascades et les ruisseaux, est fondée sur deux motifs à la façon d'un premier temps de sonate, sans toutefois s'assujetir au plan tonal classique." Ravel, [1938]). On the manuscript, the epigraph, evoking a river god laughing at the water which tickles him, is by one of Ravel's favourite poets, Henri de Régnier, (and is apparently written in the poet's own hand): "Dieu fluvial riant de l'eau qui le chatouille". [The quotation is from "Fête d'eau" in de Régnier's collection La Cité des eaux]. Liszt had previously written a piano work entitled Les Jeux d'eau à la Villa d'Este in 1883.

Jeux d'eau was perhaps the first of Ravel's works to be characterised as "musical impressionism", and it led to an unedifying debate about its indebtedness to Debussy - or vice versa. Ravel was in no doubt about the originality of what he had created: "Les Jeux d'eau, parus en 1901, sont à l'origine de toutes les nouveautés pianistiques qu'on a voulu remarquer dans mon œuvre". Ravel, [1938]). In 1906, he was moved to defend himself against Pierre Lalo's charges of imitation of Debussy; in a letter to Lalo, the music critic of Le Temps, he wrote: "...vous vous étendez assez longuement sur une écriture pianistique assez spéciale, dont vous attribuez l'invention à Debussy. Or, les Jeux d'eau ont paru au commencement de 1902, alors qu'il n'existait de Debussy que les 3 pièces Pour le piano; œuvres pour lesquelles je n'ai pas besoin de vous dire mon admiration passionnée, mais qui, au point de vue purement pianistique, n'apportaient rien de bien neuf". (Orenstein, [1989], letter 29, p.83).

www.maurice-ravel.net